VSFWNR #1 - Une idée
dialogues recyclés : "Badlands", T. Malik, 1973 – musiques recyclées : Nat King Cole, "A Blossom Fell", 1955 - Carl Orff, "Gassenhauer (Badlands version)" - 04’18”
Fort de Buoux
DISTRIBUTION
Christophe LEROY
Dolène DANIEL
Aymen GRABSI
Sully JEAN-THÉODORE

 

 

Le VSFWNR #1 - Une idée a été tourné le 23 septembre 2019 en fin de journée, dans les ruines du fort médiéval de Buoux. Le fort était fermé au public ce jour-là, non pour les besoins du tournage, mais en raison des risques d’incendie encourus sous l’effet combiné de la sécheresse et du vent.

Toute l’équipe est montée à pied jusqu’à l’extrême pointe de l’éperon rocheux où cette forteresse de défense de la vallée d’Apt a été érigée au XVIIe siècle.

Les dialogues, quelques courtes phrases récupérées sur les sous-titres français d’une scène de Badlands de Terrence Malick (1973), ont été choisis sur place, dans une liste des possibles reçue le matin même et mémorisés par deux des acteurs, Dolène Daniel et Christophe Leroy, les rôles de Sully Jean-Théodore et Aymen Grabsi allaient rester muets.

La journée touchait à sa fin et le soleil tombait derrière une montagne forestière parallèle à l’éperon, à la droite des acteurs orientés Sud/Sud-Est. Un seul plan de paysage a été réalisé, en pano (et non sans flare), tout le reste de la lumière du jour faiblissante a été investi en urgence dans des plans sur les acteurs. 
La pointe de l’éperon rocheux étant très étroite et partout entourée de falaises, le recul pour la caméra était inexistant : les plans sont tous assez serrés.

Le tournage des VSFWNR avait commencé un semaine avant, le 16, et nous étions déjà venus sur ces lieux avec la même équipe d’acteurs le 21 (cf. VSFWNR #13 - Un peu fatigué), mais sans avoir pu tourner à la pointe ; le fort était alors ouvert à la visite et les allées et venues de touristes, sans être très nombreuses, avaient suffi à nous empêcher. Nous sommes donc revenus ce jour-là, à la fin d’un autre tournage commencé à 7:00 le matin, sur les rives de la Durance.

La hauteur vertigineuse du site de Buoux, sa puissance naturelle, l’effort consenti pour l’atteindre à pied, lourdement chargés du matériel comme nous l’étions tous, la force du vent, la morsure du froid à l’extrémité exposée du rocher, la tension psychologique d’une course à la lumière, sont autant de paramètres ayant sans doute aidé à concentrer leurs émotions, des jeunes gens qui découvraient chaque jour un peu plus l’intensité de leur plaisir à jouer pour la caméra.

C’est en redescendant de cette scène que Christophe a décidé de fonder sa vie autour de ce plaisir du jeu, jusque-là inconnu de lui, et d’en faire son métier. Il n’a pas changé d’idée depuis. C’était le jour d’une révélation, pour lui.
 

 

 

Remerciements
Mairie de Buoux
Parc naturel régional du Luberon
Département du Vaucluse
Association de gestion du Fort de Buoux
Éric Garnier

 

GALERIE
RETOUR À LA COLLECTION